Possibilité d’établir un lien filiation entre le donneur et la personne issue du don grâce à une adoption ?

1. Explication de la problématique

L’article 342-9 du code civil est en vigueur depuis le 4 août 2021. Cela fait suite à la promulgation le 2 août 2021 de la nouvelle loi bioéthique.

La problématique est de savoir si les effets de cet article se limitent au Titre VII. Autrement dit, est-ce que l’article 342-9 du code civil interdit l’établissement d’un lien de filiation entre le donneur et l’enfant issu de son don par une adoption (Titre VIII).

2. Les exemples à l’étranger

Dans les pays qui autorisent l’AMP pour les femmes célibataires, même si cela reste exceptionnel, il peut arriver que des femmes parviennent à retrouver le donneur de spermatozoïdes et à nouer une relation amoureuse avec lui.

Je vais essayer de résumer rapidement un exemple de situation s’étant produit en Australie. Un an après la naissance de sa fille issue d’une AMP avec tiers donneur, la mère parvient à retrouver le donneur et l’épouse. La femme mariée a ensuite de manière naturelle un autre enfant avec son mari. L’homme est le père social des 2 enfants, mais légalement, il n’est le père que de son deuxième enfant. Le couple souhaite que la filiation soit reconnue avec l’enfant issu du don, du fait que l’homme est son géniteur mais la législation ne le permet pas. L’homme envisage en dernier recours d’établir sa filiation grâce à une adoption, en indiquant qu’il trouve anormal de devoir adopter son enfant biologique.
(Télécharger un article PDF qui traite de cette situation)

3. Les débats au parlement

La nouvelle loi de bioéthique promulguée le 2 août 2021, donne le droit aux femmes célibataires de bénéficier d’une AMP avec tiers donneur. Les enfants qui seront issus de cette AMP auront donc une filiation avec un seul parent (leur mère). En théorie, le don est strictement anonyme mais dans le futur, les tests ADN pourraient permettre dès la naissance de l’enfant de découvrir l’identité du donneur. La loi de bioéthique instaure un droit d’accès aux origines qui permet aux personnes majeures issues d’une AMP avec tiers donneur, de saisir une commission pour connaître l’identité du donneur.

La question de la filiation a été longuement abordée durant les débats de la loi bioéthique et à plusieurs reprises, les parlementaires se sont interrogés sur la possibilité d’établir un lien de filiation entre le donneur et la personne issue de son don. La députée Coralie Dubost qui était la rapporteure du texte a été très claire sur le fait qu’aucun lien de filiation ne pouvait être établit dans le cadre du titre VII, mais qu’en revanche, il était théoriquement possible d’établir la filiation dans le cadre du titre VIII (adoption).

Extrait de la commission spéciale en 3ème lecture.

Extrait de la séance plénière en 3ème lecture.

Extrait du compte rendu (télécharger le PDF) :
Mme Coralie Dubost, rapporteure. Je vous confirme qu’il n’y aura pas d’établissement de la filiation entre le donneur et l’enfant dans le cadre du titre VII du livre Ier du code civil. Théoriquement et juridiquement, il reste certes possible de l’établir dans le cadre du titre VIII.

Les propos tenus durant l’élaboration des lois sont importants car en cas de doute, la justice peut s’y référer afin de déterminer l’intention du législateur.

4. Nouvelle situation d’établissement d’un lien de filiation

Depuis quelques années, les médias relatent des situations se passant à l’étranger, dans lesquelles un donneur a établi une relation père-enfant avec une personne issue de son don. Jusqu’à présent, ces situations ne concernaient que des personnes ne possédant qu’une filiation avec un seul parent (leur mère). Récemment, des médias ont rapporté une situation inédite avec une femme de 38 ans qui a été adoptée par le donneur alors qu’elle était née avec une filiation avec 2 parents.
(Télécharger un article PDF qui traite de cette situation)

Est-ce qu’une telle situation pourrait se produire en France ? Il faut savoir que le droit d’accès aux origines peut être rétroactif, ce qui va permettre aux personnes majeures issues d’une AMP avec tiers donneur, de solliciter les anciens donneurs pour savoir si ceux-ci accepteraient la levée de leur anonymat. Il faut également savoir que c’est grâce à la loi bioéthique de 1994 que la filiation est incontestable entre l’enfant et ses parents qui ont eu recours à une AMP avec tiers donneur. Cela qui signifie que les personnes nées avant la loi de bioéthique de 1994 et qui sont issues d’une AMP avec don de spermatozoïdes, ne bénéficient pas de la filiation incontestable avec leur père.

5. L’avis de la sociologue Irène Théry

La sociologue Irène Théry est une experte en matière de filiation. Elle est à l’origine du rapport « Filiation, origines, parentalité » (télécharger le rapport au format PDF). Elle a également activement participé aux travaux sur la nouvelle loi de bioéthique.

Sur notre page Facebook, nous avons donné le lien vers l’article parlant de la femme de 38 ans qui exprime son bonheur d’avoir été adoptée par son géniteur et de porter le même patronyme que lui. La sociologue Irène Théry a commenté notre publication (lien vers notre publication Facebook). La sociologue Irène Théry est formelle sur le fait que l’article 342-9 du code civil interdit l’établissement d’un lien de filiation entre le donneur et la personne issue de son don, y compris par l’adoption.


La députée Coralie Dubost et la sociologue Irène Théry sont toutes les 2 de très grandes expertes en matière de filiation. Nous allons essayer de trouver rapidement un autre expert en filiation afin d’avoir un troisième avis juridique.

Voir nos questions que nous souhaitons poser à l’expert en filiation (document au format PDF)