Voulez-vous un bébé Nobel ?

Le professeur Landowski, prix nobel de physique, accepte la lourde tache de donner son sperme afin de mettre a l’epreuve la nouvelle formule d’insemination artificielle du professeur Menzano. Neuf mois plus tard, le fruit de ses recherches nait : c’est un charmant bambin qui, un instant apres l’accouchement, se met à parler…

19 novembre 1980 en salle / 1h 27min / Comédie
De Robert Pouret
Par Richard Balducci
Avec Marion Game, Yves Pignot, Jean Rougerie

Le Furet

Maxime est un célibataire endurci qui profite pleinement de sa liberté et assume vouloir vivre égoïstement, sans attaches ni enfants ni contraintes. Il voit d’un mauvais œil ce frère plutôt envahissant qui vient habiter chez lui avec son furet. Maxime accepte toutefois d’aider un couple d’amis stérile qui cherche à avoir un enfant par insémination artificielle, en allant faire un don de sperme anonyme pour légalement accélérer la procédure.

Mais peu de temps après, au cours d’une soirée arrosée mal maîtrisée, le furet mord accidentellement les parties intimes de Maxime, provoquant une vasectomie qui le rend définitivement stérile. Réalisant tout à coup qu’il ne pourra jamais avoir d’enfant, Maxime essaye de récupérer son don, et apprenant qu’il a déjà été utilisé, veut à tout prix savoir qui sera la mère de son futur et unique enfant. Quand son frère vole son dossier à la clinique, il découvre stupéfait qu’il s’agit de Lisa Barrot, une célèbre et séduisante journaliste tv. Même si elle est sur le point de se marier, Maxime ne peut pas laisser filer sa seule chance d’avoir une vraie famille et est prêt à tout pour se rapprocher d’elle…

Date de diffusion : 15 novembre 2021


Le Furet est une fiction, ce qui signifie que des éléments du film peuvent plus ou moins s’éloigner de la vérité. Nous allons donc traiter quelques séquences du film pour voir ce qui est vrai et ce qui est faux. Pour éviter tout malentendu, le fait que le film contienne des erreurs sur la pratique du don de gamètes est sans incidence sur la qualité du film. Cela peut se comprendre que dans le cadre d’une fiction, le réalisateur ait fait le choix de prendre des petites libertés.

Attention, ces séquences peuvent vous divulgâcher le film, et donc, nous vous conseillons de d’abord le voir. Celui-ci est gratuitement visionnable par VOD sur : https://www.tf1.fr/tf1/le-furet

Séquence 1


La banque de sperme « Kryos » fait réréfénce à la banque de sperme Cryos. Il faut savoir qu’en France, le don de gamètes se pratique uniquement dans des centres AMP agréés. Que l’importation de gamètes à des fins de procréation est interdite. Que le don est anonyme et gratuit. Le donneur est choisi selon des critères d’appariement (il n’est donc pas possible de choisir son donneur sur catalogue et de sélectionner sur son niveau d’études).

Séquence 2


Le système de parrainage existe réellement et celui-ci est pratiqué par quasiment tous les centres AMP. Cependant, la légalité de cette pratique est sujette à caution.

Séquence 3
Je ne pense pas utile de mettre un extrait vidéo. On voit Maxime faire son don dans le centre AMP de la séquence 1. Ce qui pose problème, c’est que le don se résume à faire un recueil. En réalité, il faut faire plusieurs recueils, il devrait aussi avoir l’obligation de rencontrer un psy compte tenu qu’il n’a pas d’enfant, et surtout, refaire diverses tests sérologiques plusieurs mois après son dernier recueil pour vérifier que tout est bon. Cependant, compte tenu que c’est une faction, cela se comprend que le parcours du don ait été simplifié à l’extrême.
On peut également noter que le médecin parle de 10 insémination au maximum alors qu’en réalité, ce qui compte, c’est le nombre de naissances.

Séquence 4



Dans cette séquence, Maxime apprend que son stock de gamètes a déjà été intégralement utilisé. Il s’agit d’une information qu’un donneur n’a pas le droit d’avoir.
Le droit d’accès aux origines pour les personnes issues d’une AMP avec tiers donneur a été promulgué le 2 août 2021. A partir de septembre 2022, les donneurs auront la possibilité de faire connaître leur consentement au droit d’accès aux origines. La secrétaire ne semble pas bien maîtriser le droit d’accès aux origines.

Séquence 5


L’accès aux dossiers des donneurs est sécurisé. Encore une fois, on comprend que Maxime n’a absolument pas compris que l’enfant du couple receveur n’est pas son fils. Cela est pourtant clairement expliqué durant le parcours du don (surtout qu’il a une obligation légale d’avoir un entretien avec un psy qui insiste sur ce point).

Séquence 6


Nouvelle séquence qui montre que Maxime n’a pas compris que l’enfant du couple receveur n’est pas son enfant.

Séquence 7


Le sperme est mis en paillettes et congelé dans de l’azote liquide. Cela n’a donc aucun sens de l’apporter ainsi à Maxime qui ne va rien pouvoir en faire. En plus, une fois un don effectué, il n’est pas possible pour le donneur de demander la restitution de son don.

Séquence 8 (fin du film)
On comprend que l’homme qui était au début du film en couple avec Lisa, est parti faire sa vie avec sa maîtresse et qu’il ne considère pas l’enfant à naître comme son enfant. L’enfant va être élevé par Maxime, qu’il considère comme son père (Maxime semble de son côté le considérer comme son enfant). Cependant, la loi fait que l’enfant a sur son acte de naissance un père qui est l’ancien compagnon de sa mère, et que l’homme qui est son père social ne pourra a priori jamais obtenir son adoption plénière. A titre personnel, j’aurais aimé que cette problématique de la filiation soit traitée mais il est logique qu’une fiction humoristique ait fait le choix de ne pas aborder cette questions complexe.

Le Géniteur

M est un « super-géniteur », un donneur de sperme agissant dans l’illégalité pour venir en aide aux couples lesbiens ainsi qu’à des femmes célibataires car elles sont, toujours en 2017, interdites de PMA en France. Inscrit sur un site de coparentalité, il est contacté par ces ‘receveuses’ qu’il rencontre ensuite dans des hôtels afin d’effectuer ces dons. Mais si l’on comprend facilement ce qui pousse ces femmes à se lancer dans une telle aventure, on peut s’interroger sur les motivations de ce ‘donneur en série’.

2017 – 15 min – Video Full HD – Noir & Blanc – France
Documentaire
15 min
Réalisation : La montagne abandonnée
Production : Les films sangsue
Mixage : Thomas Rozès
Musique : Marie-Rose Laurel & LMA
Traduction : Stephanie Papa

Série Famille d’accueil – Pimprenelle

Série Famille d’accueil
Episode : Pimprenelle (Saison 9 – Episode 8)

Résumé
Pimprenelle a 13 ans et elle vient d’apprendre par hasard qu’elle est née d’une insémination artificielle avec don de sperme. Elle demande aussitôt à être placée en famille d’accueil, le temps de retrouver celui qu’elle s’obstine, à tort, à appeler son père biologique, alors qu’il ne s’agit que d’un «donneur». Qui plus est, il est protégé par l’anonymat et jamais, dans l’état actuel de la législation française, l’adolescente ne pourra remonter jusqu’à lui

Genre : Comédie dramatique
Durée : 70 minutes
Réalisateur : Pascale Dallet
Avec Virginie Lemoine, Christian Charmetant, Ginette Garcin, Ilona Bachelier, Smaïl Mekki, Samantha Rénier, Lucie Barret, Antoine Férey, Doriane Louisy Louis-Joseph, Firmine Richard, Fabrice Michel, Delphine Serina, Laurence Breheret, Gari Kikoïne, Sanâa Alaoui
Nationalité : France
Année : 2010

Extrait






Our Child / Menschenskind !

« Sven vit à Dresde. Bien qu’ayant grandi au sein d’une famille nucléaire on ne peut plus classique dans l’ex-RDA des années 1980, Il a peu à peu réalisé avoir été conçu grâce à un donneur de sperme anonyme. Père d’un petit garçon, il reprend le « rôle » joué par son géniteur inconnu avec Cat et Dani, un couple d’amies, qui lui ont proposé d’être le « père » de leur future fille. Sandra ne veut pas devenir mère, alors que son compagnon Anton désire un enfant. Le couple berlinois a imaginé une alliance encore plus atypique… qu’on ne dévoilera pas ici. L’artiste et cinéaste Marina Belobrovaja a fait appel à Noë, un « serial » – donneur de sperme si l’on ose dire – géniteur de… 60 enfants ! – pour concevoir sa fille Nelly, avec la bénédiction des siens, basés à Tel-Aviv. Elle a pris sa caméra pour partir à la rencontre d’alter-ego qui, comme elle, expérimentent chacun.e à sa manière, d’autres modèles de parentalité. Our Child propose ainsi une réflexion sincère, stimulante et incarnée sur cette question qui continue d’alimenter les controverses dans les sociétés occidentales. »

Réalisation : Marina Belobrovaja
Pays d’origine : Suisse
Genre : Documentaire
Durée : 82 minutes
Dates de sortie1 : 2020

Le film a été nominé au festival international de cinéma Nyon (voir le PDF)

She Hate Me

Tout va bienDiplômé de Harvard, John Henry « Jack » Armstrong est cadre supérieur dans une entreprise de biotechnologie. Mais lorsqu’il dénonce les malversations financières de ses patrons à la Commission des Opérations de Bourse, il est aussitôt licencié. Désormais considéré comme un mouchard, il est aux abois.
Quand son ex-compagne Fatima, brillante femme d’affaires devenue lesbienne, lui propose d’être le père biologique de son enfant et de celui de sa nouvelle petite amie Alex contre paiement, Jack entrevoit le moyen de se faire de l’argent facile. Son « commerce de paternité » à 10 000 dollars le rendez-vous lui assure bientôt la célébrité : les lesbiennes en mal d’enfant sont de plus en plus nombreuses à solliciter ses services.
Mais entre les tentatives de ses ex-patrons de le faire tomber pour fraude et sa reconversion douteuse, la vie de Jack prend un tour bien compliqué…

She Hate Me est un film américain réalisé par Spike Lee, sorti en 2004. Le film raconte le parcours d’un homme sans emploi qui devient donneur de sperme pour de riches lesbiennes.
Titre québécois : 12 fois papa1

Réalisation : Spike Lee
Scénario : Michael Genet et Spike Lee, d’après une histoire de Michael Genet
Acteurs principaux : Anthony Mackie, Kerry Washington et Ellen Barkin
Sociétés de production : 40 Acres & A Mule Filmworks et Rule 8
Pays d’origine : États-Unis
Genre : comédie dramatique
Durée : 138 minutes
Dates de sortie1 : 2004

Almost Family


Julia Bechley, fille unique, voit sa vie basculer lorsqu’elle apprend que son père, médecin pionnier dans la fertilité, a utilisé son propre sperme pour concevoir une centaine d’enfants. La jeune femme découvre alors qu’elle a de nombreux frères, dont deux soeurs, avec lesquelles elle est bien décidée à tisser des liens…

.
.
.
.
.

Almost Family est une série américaine diffusée de 2019 à 2020.

Réalisation : Annie Weisman et Jason Katims
Acteurs principaux : Brittany Snow, Megalyn Echikunwoke et Emily Osment
Sociétés de production : FOX
Pays d’origine : Etats-Unis
Genre : Drame, Famille
Durée : 42 minutes par épisode (il n’y a qu’une saison de 13 épisodes)
Diffusion : 2019-2020

Un bébé pour Steffi

affiche roman

Malgré de multiples tentatives, Steffi ne parvient pas à tomber enceinte de Richard, son mari. Ils décident d’avoir recours à une banque du sperme et sélectionnent un donneur brillant. Le miracle se produit : la jeune femme attend son premier enfant ! Pourtant quelques jours après l’heureuse nouvelle, Steffi quitte son mari après l’avoir surpris dans les bras d’une autre. Elle part alors à la recherche du vrai père de son futur bébé qui n’est autre qu’un loser passionné d’informatique.

Un bébé pour Steffi est un téléfilm allemand de Sven Bohse sorti en 2011.

Réalisation : Sven Bohse
Scénario : Wiebke Jaspersen, Michael Kenda, Aglef Püschel
Acteurs principaux : Mirjam Weichselbraun, Stefan Jürgens, Mercedes Echerer
Sociétés de production : Dor Film
Pays d’origine : Autrichien, Allemand
Genre : Comédie sentimentale
Durée : 89 minutes
Sortie : 2012

Je serai toujours ton père

Réalisation : Jérôme Deneubourg
Date du montage : 3 décembre 2018.)
Durée : 10 minutes

Info complémentaire : Jérôme Deneubourg est aussi l’auteur de l’ouvrage Parcours d’un donneur de Gamètes

Présentation du court métrage par l’auteur

L’intrigue se déroule dans un futur proche, où les lois de bioéthique sur la PMA auraient changé. Les personnes issues d’un don de spermatozoïdes peuvent désormais contacter leur donneur pour le rencontrer. Un garçon de 16 ans a appris qu’il était issu d’un don. Il hésite à faire les démarches : il a très peur que son père en soit blessé.

Dans ce court-métrage, j’ai voulu montrer que la rencontre d’un donneur-géniteur-père biologique ne va rien enlever de la relation avec le père-tuteur-d’intention. Chacun a une place, sa place.

Mélanie

Melanie
Mélanie est obsédée par la vie de son possible père biologique. Cherche-t-elle un avenir ou un passé avec cet homme ?

.
.
.
.
.
.
.
.
.

Réalisation : Jacinta Agten
Scénario : Jacinta Agten
Acteurs principaux : Femke De Beule, Bruno Vanden Broecke
Société de production : Rococo
Producteur : Jan Roosens
Pays d’origine : Belgique
Genre : Fiction
Durée : 15 minutes
Sortie : 2019

Extrait de la critique du site cinergie.be

Papa où t’es ?

Mélanie Vijfeycken (Femke De Beule), 21 ans, pense avoir retrouvé son père biologique, Patrick (Bruno Vanden Broecke). Mélanie est le fruit d’une insémination artificielle et Patrick n’est que le donneur de sperme, qui, à l’époque, avait gagné 750 francs belges en échange de son don, ce qui lui avait permis de s’acheter sa première moto.

Mélanie est, de toute évidence, une jeune femme mal dans sa peau, à la recherche de tendresse paternelle, voire d’une nouvelle famille. De loin, elle observe celle de Patrick, qui a deux filles, légitimes, de 12 et 8 ans. De manière quasi-obsessionnelle, elle passe également beaucoup de temps à étudier les photos de Patrick sur son compte Facebook, pour trouver des compatibilités physiques entre elle et lui. Après avoir enfin noué le contact avec ce dernier, ils font connaissance. Patrick, lui aussi, semble en manque d’affection et se dit prêt à accepter Mélanie dans sa famille comme sa « troisième fille ». Un test ADN doit encore déterminer leur parenté. Ensuite seulement, Mélanie et Patrick devront prendre une décision.