[Blog] Rémunération/indemnisation des donneurs ?

Attention, il s’agit d’un article « blog », c’est à dire que c’est un article personnel qui n’engage que son auteur et en aucune façon l’association.

Diverses prises de position sur le sujet

Depuis quelques temps, des personnes se déclarent favorables à une rémunération/indemnisation des donneurs de gamètes.

Exemple avec l’interview du professeur Mickaël Grynberg (spécialiste de la médecine de la reproduction) du 23 janvier 2020.
Allodocteurs : Projet de loi de bioéthique : l’avis d’un spécialiste de la reproduction

Extrait article

Lors de son audition par la commission spéciale de bioéthique de l’assemblée nationale, le gynécologue Israël Nissand s’est déclaré favorable à une « indemnisation ».

Quelques articles sur le sujet :
Figaro : Indemniser le don de gamètes: et si on en débattait sans tabou?
L’express : Gratuité du don de gamètes, le tabou français
La Croix : Faut-il rémunérer le don de gamètes en France ?

Mon opinion personnelle sur le sujet

Motivation de ceux qui proposent une rémunération des donneurs

Le principal argument en faveur de la rémunération des donneurs de gamètes est que cela permettrait d’éviter que la France soit en pénurie de gamètes.

Mon avis sur la rémunération

Quand on parle de rémunération, je comprends que le donneur va faire commerce de ses gamètes. Le montant de la rémunération est a priori suffisamment conséquent pour attirer des donneurs qui n’auraient pas fait ce don s’il n’y avait pas eu cette rémunération.

En ce qui me concerne, je ne suis pas favorable à la rémunération des donneurs car ma crainte serait que des candidats au don mentent (le mensonge pourrait par exemple consister à taire de graves antécédents familiaux) afin d’être acceptés comme donneurs et de pouvoir toucher la rémunération.

Si on prend le don d’ovocytes, c’est quelque chose d’assez lourd et pénible (2 semaines de traitement hormonal + intervention chirurgicale) et cela me dérangerait que des femmes puissent prendre un risque pour leur santé en faisant un don uniquement motivé par un gain financier.

Mon avis sur l’indemnisation/compensation

Je fais une distinction entre « indemnisation/compensation » et « rémunération ». J’estime qu’une indemnisation/compensation financière correspond à un faible montant. Selon moi, le fait de verser une faible indemnisation/compensation aux donneurs ne remet pas en cause le principe de gratuité du don (le donneur fait toujours son don par altruisme et solidarité).

Je fais également une différence entre le don de spermatozoïdes et d’ovocytes. Selon moi, il n’est pas nécessaire d’indemniser les dons de spermatozoïdes. En effet, le don de spermatozoïdes présente moins de contraintes et de risques que le don d’ovocytes.

En ce qui concerne une faible indemnisation du don d’ovocytes, cela pourrait se justifier, ne serait-ce que pour indemniser le risque pour la santé de la donneuse. Cependant, mon avis n’est pas encore totalement tranché et je trouverais utile de faire une étude sur le sujet pour bien en comprendre tous les enjeux.

L’étude pourrait par exemple essayer de déterminer :
– Est-ce que les donneuses d’ovocytes désirent une indemnité ?
– Est-ce que l’indemnisation permettra d’augmenter le nombre de donneuses ?
– Est-ce que cette indemnisation poserait des problèmes éthiques ?
– Etc.

Valorisation sociale du donneur

Pour finir, je tenais à dire que je suis depuis de nombreuses années donneur de sang et je le fais bien évidemment de façon totalement altruiste. Avec le don du sang, j’ai le sentiment d’être davantage valorisé qu’avec le don de spermatozoïdes.

Dans le cas du don de sang, après chaque don, il m’est offert une collation, ce qui est toujours agréable, alors qu’avec le don de spermatozoïdes, il ne m’a jamais été proposé quoi que soit.

Le 17 mai 2019, mon maire m’a remis un diplôme de donneur de sang. C’était une cérémonie avec discours et avec un buffet à la fin. Grâce à cette cérémonie, j’ai ressenti une certaine reconnaissance sociale de mon don.


Je ne vais pas tout détailler mais dans le cadre de mon don du sang ou d’autres activités bénévoles que je peux avoir, il y a souvent des petites choses symboliques et non financières qui me confèrent une bonne reconnaissance sociale. Je pense que la France aurait tout à gagner à essayer de réfléchir à des solutions pour valoriser les donneurs de gamètes (et tout particulièrement les donneuses d’ovocytes qui ont un parcours de don qui est sensiblement plus compliqué).

Selon moi, le fait de valoriser les donneurs de gamètes pourrait avoir un effet positif sur leur motivation à effectuer un don.

Publication de Frédéric LETELLIER-COHEN

———–

Edit du 6 février 2020 : Une récente étude (voir l’article Étude préliminaire sur le vécu des donneuses d’ovocytes au CECOS de Tours) aborde le sujet. Il est proposé de mettre en place une indemnisation encadrée du don d’ovocytes.
Extrait etude