Reportage France 24

Chaîne : France 24
Date de diffusion : 2 septembre 2022

La donneuse d’ovocytes Marine Vernot donne son opinion sur le droit d’accès aux origines.

Don de sperme et d’ovocyte : le CHU de Limoges devient centre de don

Titre : Don de sperme et d’ovocyte : le CHU de Limoges devient centre de don
Lien : https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/haute-vienne/limoges/don-de-sperme-et-d-ovocyte-le-chu-de-limoges-devient-centre-de-don-2638668.html
Date : 19 octobre 2022

Cette création d’un nouveau centre de don est une bonne nouvelle.

Nous en profitons pour remercier Vincent Chapon pour son don de spermatozoïdes.

Pierre Joubert, le donneur de sperme qui regrette sa décision

Titre de l’article :
Adresse : «Dans mon fantasme, les enfants allaient être élevés par des couples géniaux» : Pierre Joubert, le donneur de sperme qui regrette sa décision
Auteur : Madeleine Meteyer
Date de publication : 31 août 2022

Résumé de l’article :

Pierre Joubert est né le 17 décembre 1959 à Brioude et il est le 9ème d’une fratrie qui en compte douze.
En 1980, une amie vient le voir. Son mari est stérile. Ils veulent un enfant et elle a besoin de voir son nom remonter dans la liste du CECOS (Centres d’Étude et de Conservation des Œufs et du Sperme humains) de Lyon. Amener un donneur, permettait de gagner quelques places. Il fait donc un don de spermatozoïdes en parrainant son amie.
Quelques années plus tard, Pierre Joubert reçoit une lettre du centre disant « Félicitations, votre don a permis la naissance de 12 enfants dans la région de Bordeaux ». Il découvrira cependant qu’au moins trois d’entre eux sont en fait nés à Lyon.

Pierre découvrira qu’il est porteur du syndrome d’Ehlers-Danlos. Celui-ci affecte la production de collagène. Dans sa famille, il prend une forme grave. Apprenant cette nouvelle, Pierre appelle le CECOS. Avertit les médecins : il faut prévenir les enfants nés de son don. «Ils ne m’ont jamais rappelé.»

En 2017, Pierre rencontre Émilie qui est issue de son don. La rencontre avec Émilie a débouché sur une relation aimante et quand il lui a demandé s’il pouvait l’adopter («c’est ce que je devais faire»), elle a répondu «qu’elle était touchée que je la veuille dans ma vie».

Mais ce récit contient des émotions mêlées. Pierre a des regrets, immenses. «Y’a plein de choses qui ne vont pas, s’emporte-t-il un peu de son ton doux. Le CECOS n’a pas fait les examens nécessaires, ils n’ont rien fait quand je les ai avertis de mes maladies. Qu’est-ce que je vais faire si les neuf autres enfants viennent vers moi ? Je ne peux pas gérer.»

La levée partielle de l’anonymat du don de sperme, prévue pour ce 1er septembre, ne lui arrache pas des exclamations d’enthousiasme. «On prend trop de risques avec ces histoires, il faut faire attention, très attention.»

Décret n° 2022-1187 du 25 août 2022 relatif à l’accès aux données non identifiantes et à l’identité du tiers donneur

CNIL : Délibération n° 2022-042 du 7 avril 2022 portant avis sur un projet de décret relatif à l’accès aux données non identifiantes et à l’identité du tiers donneur

Bioéthique : la France en pénurie de dons de sperme

Titre de l’article : Bioéthique : la France en pénurie de dons de sperme
Lien : https://www.francetvinfo.fr/sante/biologie-genetique/bioethique-la-france-en-penurie-de-dons-de-sperme_4830667.html
Date de l’article : 2 novembre 2021
Auteurs du reportage : A.Jacquet, E.Martin, F.Fontaine, J.Chouquet, pour le 19/20 de FR3

Le reportage est tourné au CHRU BREST.
J’en profite pour dire que si vous habitez dans la région et que vous souhaitez faire un don, il ne faut pas hésiter à prendre contact avec le centre.
Adresse : 2, avenue du Maréchal Foch 29609 Brest
Tél : 02 98 22 33 85 – 02 98 22 32 22
Email : centre.fiv-amp@chu-brest.fr
Site Internet : https://fiv.chu-brest.fr/cecos-don-de-sperme et https://www.dondespermatozoides.fr/les-centres-autorises/chru-de-brest/

L’ancien donneur Arnaud Gompertz se dit opposé à la levée de l’anonymat.

Les journalistes donnent aussi la parole au candidat au don Théo Martinache et au Dr Hortense DRAPIER.

Notaires : Soirée spéciale PMA

Date : 23 juin 2022
Organisateur : Les Notaires du Grand Paris

Intervenants : Pierre DAUPTAIN (Notaire à Paris) et Thomas LEGRAND (Journaliste politique sur France Inter)

Extraits :

TÉMOIGNAGE « J’ai fait don de mes ovocytes pour donner des années de bonheur à des futurs parents »

Titre de l’article : TÉMOIGNAGE « J’ai fait don de mes ovocytes pour donner des années de bonheur à des futurs parents »
Date : 31 mai 2022
Auteur : Lisa Grimaud

Lien de l’article : https://www.aufeminin.com/vouloir-un-enfant/temoignage-j-ai-fait-don-de-mes-ovocytes-pour-donner-des-annees-de-bonheur-a-des-futurs-parents-s4043139.html

Merci à Valérie Lavallé pour son beau geste (elle a fait un don d’ovocytes au CECOS CHAMPAGNE-ARDENNE de Reims au printemps 2022) et pour son témoignage.
A noter que cette donneuse d’ovocytes possède aussi une chouette page Instagram : https://www.instagram.com/allomamandodo/

Les paillettes : journal d’un donneur de sperme, épisode 1

Titre de l’émission : Les paillettes : journal d’un donneur de sperme, épisode 1

Lien : https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/les-pieds-sur-terre/les-paillettes-journal-d-un-donneur-de-sperme-episode-1-8515742

Date : 24 mai 2022

Résumé
Depuis la nouvelle loi bioéthique ouvrant la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules, les centres de PMA ont reçu 3 500 dossiers supplémentaires en 2021. Sensibilisé par un couple d’amies lesbiennes, Clément, 33 ans, envisage de faire un don de sperme. Journal d’un donneur de « paillettes ».

En savoir plus
Chaque année, les centres français de recueil de don de sperme, les CECOS, reçoivent plus de 30 000 dossiers. A ce jour, près de 80 000 enfants sont nés grâce à des donneurs via ces centres publics. Depuis 2021 et la nouvelle loi bioéthique ouvrant la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules, la demande a encore augmenté, et les CECOS se retrouvent face à une pénurie de « paillettes » : seuls 300 dons sont effectués chaque année, ce qui est largement insuffisant pour répondre à la demande. Face à cette pénurie, Clément réfléchit à devenir donneur. Il relate les étapes de sa réflexion, au fil de ses rencontres avec Sarah, devenue mère grâce à un don, et avec Vincent, lui-même issu d’un don.

« On avait l’impression d’être sur le Tinder du sperme »
C’est Sarah, une amie de Clément, qui l’a sensibilisé sur le sujet. Sarah a elle-même bénéficié d’un don en 2019, alors même que la PMA était encore interdite aux couples lesbiens. Avec sa compagne, elles ont dû se tourner vers Cryos, une banque de sperme privée domiciliée à l’étranger.
“On s’est rapidement dit qu’on voulait avoir une parentalité sans inclure un tiers personnage. La solution qui nous a semblé la plus naturelle, c’était de faire appel à une banque de sperme.” Sarah
Quand elles découvrent le catalogue en ligne, les deux femmes sont décontenancées. Sarah a l’impression “vertigineuse” de se retrouver face aux “Tinder du sperme” : elle fait défiler des photos de donneurs quand ils étaient enfants, avec descriptions de leur patrimoine génétique, “comme une espèce de CV”. “Ça fait un portrait robot de la personne qui est assez troublant.” Pour éviter toute “discrimination” ou “eugénisme”, un aspect du don de sperme que redoute justement Clément, les deux femmes décident de limiter les critères au strict minimum et tombent d’accord sur un donneur.
“Notre choix s’est porté sur quelqu’un qui acceptait que notre enfant le contacte à sa majorité si elle le souhaitait.” Sarah
Les paillettes du donneur, soit son sperme recueilli dans des sortes de petites pailles en plastique congelées, arrivent dans un colis. Sarah et sa compagne l’ont payé 1000 euros, et le donneur a reçu 50 euros pour son don. Clément n’est pas très à l’aise avec ce côté « catalogue » et la contrepartie financière. C’est pour cela qu’il choisit de se tourner vers les CECOS afin de donner gratuitement.

La question de la levée de l’anonymat
Pendant l’entretien, on demande à Clément si sa compagne est au courant et d’accord avec sa démarche, ainsi que ses antécédents génétiques. “J’ai un peu l’impression de passer en entretien d’embauche où j’aurais peur d’être recalé !” Enfin, on lui parle de la levée partielle de l’anonymat, qui rend possible pour les enfants de connaître l’identité de leur donneur à leur majorité. Troublé par cette information, Clément demande alors à Vincent, qui a appris à l’âge de trente ans qu’il était issu d’une PMA, ce que ça fait d’avoir un père et un géniteur.
“Quand j’ai su que c’était impossible d’en savoir plus sur le donneur, j’ai eu un sentiment d’injustice sociale. Parce qu’il n’y a pas que son identité qui m’était confisquée. C’est aussi l’hérédité. Tous les éléments de santé qui me concernent, mais que je vais aussi transmettre à mes enfants. Et donc je me retrouve avec une moitié de dossier médical quelque part.” Vincent
Vincent décide de mener coûte que coûte son enquête pour retrouver son géniteur, grâce aux tests ADN, alors même qu’ils sont interdits en France. Il lui faut plusieurs années pour retrouver la trace de Raymond.
“Raymond est mon donneur. Je pourrais dire mon père héréditaire ou génétique, mais j’aime pas trop, c’est compliqué, c’est pas joli. Ce que je sais, c’est que c’est mon papa, c’est pas Raymond, c’est Michel, et il le restera. En fait, depuis que j’ai rencontré Raymond, je suis encore plus proche de mon père. Je me sens beaucoup plus solide.” Vincent
Rassuré sur le bien-fondé de cette levée partielle d’anonymat qui lui semble légitime, Clément a tout de même encore quelques interrogations.
“Il y a d’autres questions qui me traversent. Qu’est-ce que je pourrais transmettre génétiquement ? Ma peau mate, la couleur de mes yeux, quelque chose d’autre de mes ancêtres ? Est-ce que je suis certain que je ne donne vraiment que des cellules ? Et puis, il y a un autre problème qui se pose, autrement plus compliqué…”

Merci à Sarah, Vincent, Catherine Guillemain et Chloé Rayneau.

Reportage : Clément Baudet
Réalisation : Emily Vallat
Mixage : Pierre Henry